Basson

Basson

Aérophones de la catégorie des hautbois, de la famille des bois et de typologies ténor et basse, le basson et contrebasson sont instruments à vent d’anche double hétéroglotte, fixé par tudel métallique et incurvé au corps conique, en érable ou autre bois dur, en quatre composantes: joint ténor (ou petite branche), joint basse (ou grande branche), culasse et cloche (ou pavillon). L’anche large et long de cane est fixée par un petit réceptacle à l’extrémité inférieure d’un tudel en forme de crochet, à son tour inséré dans l’extrémité supérieure de la joint ténor. Une jonction semi-circulaire en métal, dans le bas de la culasse, unit par la base les joints de ténor et basse. Au corps de l’instrument (aux joints ténor et basse et à la culasse) un système complexe de clés est appliqué, qui permet l’ouverture et la fermeture des trous, qui acoustiquement calculés, sont excavés à des distances supérieures à celles des doigts et de la main humaine. Dans la cloche conique, le tube augmente de diamètre de la section inférieure à la section intermédiaire, convergeant progressivement vers la partie supérieure et enfin élargir au sommet, surmonté d’un anneau qui sert de protection et de décoration. Le basson moderne vient d’un ensemble des améliorations morphologiques significatives à instruments d’anche double de registre grave, qui avait été créé et abondamment utilisés à la Renaissance, cherchant à compenser la moindre agilité du sacqueboute (prédécesseur du trombone), la faible intensité sonore de la flûte à bec basse et la manipulation et la portabilité du chalumeau (prédécesseur du hautbois) grave. La douçaine et le cromorne ont été construits en un seul bloc de bois, excavé verticalement et horizontalement (deux à neuf fois) afin de multiplier la longueur du tube; à leur tour, les (six) trous étaient, dans la majorité, excavés en diagonale – les supérieurs en diagonale ascendante; les inférieurs en diagonale descendante – un méthode particulaire qui garantissait l’exécution de l’instrument. L’instrument de la fin du XVIIème siècle décrit par Zacconi en Prattica de Musica (1592), construit en un seul morceau de bois, contenait six trous et deux clés ouvertes, protégées par fontanelles. Le modèle de la fin du XVIIème et du XVIIIème siècles, construit en deux sections, dénommé basson (en portugais, baixão), a été développé depuis 1680 par la famille de constructeurs parisienne Hotteterre, auquel on attribue l’ajout d’une troisième clé, et, ensuite, par le fabricant de Nuremberg Denner. Au XVIIIème siècle, l’instrument était équipé des quatrième, cinquième et sixième clés et clé de registre, montées en protubérances. Bien que Cugnier a prouvé, en 1780, le potentiel d’exécution dans le registre aigu d’un modèle de cinq clés sans clé de registre, l’adoption de telles clés prédominerait dans les siècles suivants. (La désignation actuelle, basson – de l’italien fagotto, « lot de bâtons ou de bois », concernant la construction de l’instrument dans divers composants – a été adopté progressivement pendant cette période au Portugal.)
Parmi les différentes innovations morphologiques du basson développées au XIXème siècle, se démarque l’augmentation du diamètre du tube et de la cloche; l’adoption de clés fermées pour le registre grave et la création de la voûte en forme de U, en métal, par Simiot de Lyons; l’application de roulements dans les clés et le remplacement du corps de rechange par joints de justesse, initié par Savary et Adler. Fruit de la coopération avec le spécialiste de l’acoustique Gottfried Weber et du travail avec le constructeur J. A. Heckel, l’interprète-constructeur Carl Almenraeder a développé, entre 1817 et 1836, un instrument de 17 clés, avec une portée chromatique de quatre octaves, communément appelé basson Heckel ou modèle allemand, et qui prédomine parmi les modèles de basson actuellement utilisés. Les constructeurs belges Sax développé la construction de bassons en métal, et en 1851 Adolphe Sax breveté un modèle en métal avec 24 clés. Ward et Tamplini, Triébert et Marzoli, Haseneier et Kruspe ont pris en compte le système de clé de la flûte et l’étude de la dimension d’orifices du basson de Theobald Boehm, mais les coûts de production, la compléxité de digitation et la perte du son caractéristique du basson dans tels modèles a limité son succès commercial. De la collaboration de l’enseignant-interprète Jancourt et des constructeurs Triébert, Gautrot et Buffet-Crampon a résulté, en 1879, la production d’un instrument à 22 clés qui, pour leur potentiel, a été affirmé comme le modèle français prédominant (ou modèle Buffet).

Bibliographie
W. Waterhouse, “Bassoon” in S. Sadie, The New Grove Dictionary of Music and Musicians, vol.2, pp. 177-190, Macmillan, Oxford: Oxford University Press, 2001.
Patrícia Costa, O fagote em Portugal. Descrição das suas práticas na actualidade, Dissertação de Mestrado, Escola Superior de Música e Artes do Espectáculo, Instituto Politécnico do Porto, 2012.

Fiche Technique

Prénom:  Fagote
Bande: Banda Recreio Camponês
Date:  []
Catégorie:  Soufflage du Bois
Materials:  Bois
Photo Date / Scan:  19/05/2018
État de conservation:   Bon

Commencez à taper et appuyez sur Entrée pour Rechercher